La SaintéLyon 2019 : l’absence de préparation pour ma dixième participation

Je vais partir cette année pour mon dixième maillot de finisher. Et je pèse mes mots. Cette année l’enjeu pour moi est bien de terminer et non de taper un chrono. Je suis en pleine phase de convalescence post virus CMV qui m’a mis à terre depuis près de 3 semaines désormais.

Je n’ai jamais aussi peu couru sur les 2 mois précédents la STL depuis … ever ! C’est bien la première fois que je me présente sur la STL avec un volume d’entraînement aussi faible, qui plus est avec 10 jours complètement blancs (aucun activité physique) précédents le départ. Heureusement que le départ n’avait pas lieu samedi dernier (23 novembre 2019) car j’avais seulement de l’énergie pour participer à la course en consultant le LiveTrail à partir de mon lit. Je vais un peu mieux depuis ce matin (mercredi 27/11/2019), enfin suffisamment pour envisager de prendre le départ samedi en espérant que ma récupération post épopée virale soit linéaire d’ici là.

Pourquoi je ne jette pas l’éponge ?

Parce que La SaintéLyon est la SaintéLyon et que je ne supporterai pas de ne pas répondre à l’appel pour ma dixième participation consécutive. S’il ne fallait conserver qu’une seule course dans l’année cela serait celle-là. Donc je finirai même en rampant ou à 4 pattes même en flirtant avec les BH ; mais ce dixième Tshirt de finisher, sauf accident, je l’aurai.

Et j’ai en tête la citation de Churchill : « We will never surrender »

Quelle stratégie de course pour cette SaintéLyon ?

J’y reviendrai dans un prochain post. Mais il est clair que ne pouvant compter sur mon endurance il va falloir être très stratège pour pouvoir terminer dans de bonnes conditions et ne pas être aux abois après Soucieu et faire partie de la cohorte des morts vivants sur cette dernière partie : Soucieu/Chaponost/Lyon = la route des morts vivants de la SaintéLyon. Comment ne pas en faire partie ? Suite au prochain épisode. J’en entends un au fond de la salle qui me souffle : « en ne tombant pas malade les semaines qui précèdent ! ». Effectivement, merci à lui !

7 réflexions sur “La SaintéLyon 2019 : l’absence de préparation pour ma dixième participation

  1. J’adore ce personnage, point commum on a la même date de naissance, mais en plus ce jour sera aussi la date du départ de cette fameuse 10e SaintéLyon.

    Je ne te donnerai aucun conseil sur cette course, tu l’as fait bien plus que moi, j’ai juste une petite chance de réduire un petit peu le temps entre ton arrivée et mon arrivée 🙂 Je suis plutôt en forme, mais j’ai aussi un petit souci qui risque de ne pas me faire voir l’arrivée, ça sera encore une fois « la médaille ou l’hôpital » ou la citation de Winston 😉

    La SaintéLyon 2019 sera un vrai défi !!!

  2. Boblemar

    Allez, je suis certain que même dans ton état de forme actuel, tu arriveras avant moi qui suis pas mal affuté pour ma 2ème participation à la « full saintélyon » !
    C’est marrant, mais je n’ai pas eu l’impression de cette « marche des morts-vivants » à partir de Soucieux lors de ma première participation. Pourtant j’étais dans le peloton avec des coureurs moins expérimentés que ceux qui te cotoient. J’étais peut-être aveuglé par mon état d’esprit (Soucieux, pour moi, c’est la fin… même dans mes entraînements : c’est à une dizaine de bornes de chez moi !)… ou par mon état général : j’étais peut-être moi-même un walking dead qui s’ignorait.
    Je me souviens qu’un trailer (ou une traileuse, je ne sais plus) m’avait demandé à Soucieux si je pensais que c’était jouable pour finir en moins de 10h. J’avais répondu que c’était jouable, mais que cela allait être tendu. Il restait entre 2h et 2h30… avec les départs en décalé, après 8h à courir, le calcul était aléatoire… voire presque quantique !
    A y réfléchir, je pense que si Shrödinger avait participé à la Saintélyon, il aurait changé son expérience imaginaire : Il n’aurait pas pensé à un chat dans une boîte… mais à un trailer dans le ravito de Soucieux-En-Jarrest. « Soit un trailer dans le ravito de Soucieux. Il a couru plus de 50km de nuit. Tant qu’il se trouve dans le gymnase, on ne peut pas savoir s’il s’agira d’un finisher ou non. On ne peut qu’appliquer des probabilités. »
    Que rajouter après un rapprochement entre la course à pied et la physique quantique ?
    … Bonne course : c’est peut-être pour ce maillot de Finisher que tu auras le plus de mérite !

    bblmr

    1. Enfin un message de Bblmr….cela faisait longtemps. Ce qui prouve bien que tu n’es pas mort (pour rester dans la thématique Soucieu – sans le X ! – Lyon).
      Disons que le ravito de Soucieu est bien cette Cour des Miracles ou encore ce moment de vérité lorsque tu en repars où tu te demandes si tu es capables de relancer : car il reste une distance semi marathon pas facile du tout avec du plat et des faux plats vraiment compliqués. Je me souviens lors de mes premières SaintéLyon avoir Laetitia au téléphone alors que je marchais/baguedonnais quelque part avant Chaponost en lui disant qu’il fallait qu’elle m’interdise de m’inscrire à la CCC (bon finalement j’allais faire l’UTMB quelques années plus tard). Comme quoi en rapport avec l’espace temps il ne faut jamais extrapoler la sensation que l’on ressent à « l’instant t » à « l’instant t+n ». Jamais jamais…. car en t+n on est dans un autre espace temps, un ressenti très différent : raccourcissement du temps qui passe ou parfois accélération.
      Oui oui je te rejoins, on peut non seulement associer au monde de l’Ultra les notions de la physique quantique mais aussi des références à la théorie de la relativité.

      1. Boblemar

        Je lis tes récits, mais il est vrai que j’ai rarement de commentaire à y apporter…
        C’est quand-même fou que les théories physiques les plus avancées s’expliquent par la course à pied !
        La physique quantité, la théorie de la relativité (générale qui plus est).
        J’ai regardé pas mal de videos sur le BigBang ces derniers temps (et surtout sur l’avant BigBang). Je pense qu’avant le Big Bang il devait y avoir un trailer 🙂

    2. Tout à fait d’accord avec toi, à Soucieu il y a de la mécanique quantique. En 2018 arrivée à Soucieu j’étais mort, défait, l’idée de faire encore un semi m’était inimaginable, j’étais pire qu’un chat mort. Et bizarrement je suis arrivée à Lyon.
      J’ai été dans 2 états à la fois, mort et survivant !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s