SaintéLyon 2018 : la stratégie de course, et espérances…

Ce matin j’ai terminé la plus importante séance de l’année ! C’est la toute dernière séance de tapering, la der des der, celle des tous derniers réglages qui aboutit à la conclusion : « j’suis bien crevé vivement que cela se termine ».

Je vois Paris s’éveiller tous les matins ou presque.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins à cette SaintéLyon. J’annonce la couleur (qui est peut être une couleuvre mais on ne le saura qu’après) : l’objectif pour moi est de courir la portion Soucieu / Lyon en 2h10 maximum.

Je m’explique : la plus grande satisfaction pour moi serait d’avoir réussi la gestion de ma course de manière à pouvoir continuer à envoyer sur les 20 derniers kilomètres.

Oui, pour moi « la SaintéLyon commence à Soucieu »

Voilà qui est dit. Je ne souhaite pas à l’instar de mes quatre premières participations « exploser en vol » après Sainte Catherine et participer à la cohorte des morts vivants incapables de relancer à partir de Soucieu où il reste 20 bornes !

Une stratégie très claire et implacable

Je pars doucement aux sensations en laissant les héros se cramer sur le bitume stéphanois et les récupérer un par un à partir de Sainte Catherine et mettre les gaz à partir de Soucieu et laisser les morts vivants marcher à partir de ce mouroir.

Les spécificités de ce parcours 2018 : cela va faire très mal

Autant le dire je crois que cela va faire très mal. Tout d’abord le rallongement de 9 kilomètres va énormément pénaliser ceux qui connaissent le parcours initial comme moi justement ! Pourquoi ? Et bien parce que justement on risque de trouver le temps extrêmement long à partir de St Christo en ne voyant pas Sainte Catherine arriver aussi vite que d’habitude. Même chose, mais en pire, partir de Sainte Catherine ! Par ailleurs comme la pluie est annoncée cette STL va ressembler à la MudDay ou à un parcours du combattant. Donc vraiment je pense que cette STL va être très difficile pour les connaisseurs et leur moral et moins pour les néophytes qui seront de toutes manières dans la découverte n’ayant pas de points de repères.

Le matos : on ne change pas une équipe qui fonctionne bien…même sous la pluie

Pour les chaussures : toujours et encore mes Hoka One One Speed Goat que j’utilise depuis presque 4 ans et qui m’ont accompagné sur 3 X-Alpine, 1 UTMB, 3 STL ainsi que sur toutes mes sorties Paris Intra-muros matinales aux Buttes-Chaumont.

20171129_221917.jpg

Maintenant venons en aux textiles :

  • 1 seule couche sous le Gore Tex imperméable : maillot noir manche longue Falke qui fait maillot de « juste au corps » 95% Polyamide et 5% Elasthane. Je pourrais m’en servir de haut de pyjama tellement j’y suis bien. Maillot identique à celui de l’année dernière.
  • Le Gore Tex pour faire face à la pluie et la boue. Non cela ne m’enchante pas mais il ne faudra pas y couper. C’est mon textile préféré de l’UTA ou de l’UTMB…
  • Collant noir Falke pour les jambes: identique à celui utilisé pour toutes mes STL.
  • Chaussettes courtes noires de runnings Falke : je n’utilise plus de paires soit disantes « pour l’hiver ». C’est exactement la même paire de chaussettes utilisée pour les semi / marathon / Ultra quelle que soit la saison, été ou hiver.
  • 2 buffs flaggés TVSB (nostalgie) de Compressport : un textile absolument génial made in Swiss. L’un pour le cou (le noir) et l’autre pour la tête (en jaune). Je les utilise été comme hiver et c’est juste incroyable : l’été c’est pour me protéger du soleil et l’hiver pour me protéger du froid. C’est magique.
  • 1 paire de gants flaggée SaintéLyon : en soie.
  • Frontale Petzl Reaktik + avec réglage via application Petzl sur 4 heures et une batterie que je changerai à St Genou.
  • Montre Polar VantageV : elle est bien lourde et je me demande encore à quoi cela sert d’avoir la puissance, le tracé GPS et le fait qu’elle te dise que tu as mal dormi alors que tu le sais déjà. Je pense que je rendrai l’accessoire à l’issue de la STL pour revenir à ma bonne vieille RCX5 qui m’a toujours donné entière satisfaction et qui contrairement à la VantageV a la fonction chronomètre.
  • Un « porte gobelet/couverture de survie/flasque »‘ de marque Salomon à contenance de 1L. Il n’y a que 3 poches à tout casser et pas de poche dans le dos mais comme je l’indique c’est juste pour porter 4 accessoires.
  • 4 accessoires :
    • La courverture de survie
    • 1 gobelet SaintéLyon pour prendre du Coca sur les ravitos
    • 1 flasque … que je ne suis pas sûr d’emporter puisque les ravitos sont suffisamment proches pour moi.

Et pour ceux qui ne connaissent pas mon niveau d’expérience sur la SaintéLyon : un cours de rattrapage s’impose ci-dessous

  • La SaintéLyon tous mes récits de course :

SaintéLyon 2010 : 1585 ièm au scratch (cote ITRA 459)

SaintéLyon 2011 : 820 ièm au scratch (SaintéLyon de Bronze) (cote ITRA 528)

SaintéLyon 2012 : 958 ièm au scratch (cote ITRA 469)

SaintéLyon 2013 : 625 ièm au scratch (SaintéLyon d’Argent) (cote ITRA 523)

SaintéLyon 2014 : 243 ièm au scratch (SaintéLyon d’Or)  (cote ITRA 587)

SaintéLyon 2015 : 157 ièm au scratch (SaintéLyon d’Or) (cote ITRA 633)

SaintéLyon 2016 : 101 ièm au scratch (SaintéLyon d’Or) (cote ITRA 638)

SaintéLyon 2017 : 182 ièm au scratch (SaintéLyon d’Or) (cote ITRA 612)

2 réflexions sur “SaintéLyon 2018 : la stratégie de course, et espérances…

  1. Jean-Yves

    Hello Grégory, sage décision de partir prudemment ! Bon courage pour la gadoue, attention dans les descentes (:-

  2. Ping : Récit : La SaintéLyon 2018 – Grégo On The Run

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s