Prépa SaintéLyon 2018 : faisons le point

Comme à l’accoutumé lors de la semaine de tapering (affûtage) je fais le point sur la préparation à ce qui sera ma neuvième participation à la SaintéLyon.
 
Je ne rappelle pas ce que signifie le tapering ? Si ? Vous voulez ?
 
En français cela signifie affûtage. Néanmoins ce terme est un peu ambiguës car certains lecteurs comprennent que c’est la période où l’on doit s’affûter (maigrir) pour aboutir à son poids de forme. Non l’affûtage chez les anglo saxons désigne la période où l’on doit baisser sensiblement l’intensité de l’entraînement dans le but de récupérer et surtout permettre au corps de surcompenser. Surcompenser signifie que le corps un peu fatigué par tout le stress que vous lui avez infligé à l’entraînement va enfin se déployer tel l’incroyable Hulk et arriver à un « état de forme » (capacité à enregistrer une performance) supérieur à celui qu’il avait initialement (avant l’entraînement). Vous récoltez enfin ce que vous avez semé.
 
En l’espèce je réduis mes séances quotidiennes de CAP à 1h15 max jusqu’à vendredi, veille de la SaintéLyon.
 

Le point sur le volume d’entraînement des deux derniers mois

Alors concernant mon entraînement force est de constater qu’il a été moins poussé que lors des trois dernières années. Plusieurs raisons :
1/ Mes jumeaux sont très en forme la nuit et me l’ont fait savoir.
2/ Mes jumeaux ont également traversé des périodes de souffrance…qu’ils ont bien voulu partager avec leur papa (et pas avec la maman qui a été miraculeusement épargnée).
Cela s’est manifesté chez moi par l’apparition des symptômes de l’infection virale « pieds main bouche » que je ne vous souhaite pas de contracter un jour. En revanche je le souhaite pour mon pire ennemi, comme ça cela lui fera les pieds ! Vous attrapez une forte angine avec des cloques urticantes sur les mains et les pieds qui vous empêchent de dormir. Un vrai bonheur. J’ai attrapé cette réjouissance mi octobre alors que mes enfants ont été épargnés !!!! J’ai été contraint d’arrêter la CAP pendant 12 jours consécutifs.
Et cela ne serait pas drôle sans une belle gastro mi novembre (attrapée à la crèche comme 10 enfants environ) me contraignant d’arrêter la CAP pendant 4 jours consécutifs.
 
BILAN :
  1. sur les 5 dernières semaine j’enregistre un volume d’un tiers inférieur à celui qu’il était en 2016 et 2017. C’est à dire 60 heures de CAP sur les 8 dernières semaine (contre 90 heures en 2016 / 2017) à environ 6 minutes/km cela fait 600 kms de courus contre 900 kms.
  2. j’ai atteint mon poids de forme beaucoup trop rapidement que prévu avec une faiblesse musculaire certaine lors de mes reprises. J’avais des courbatures après ma première séance sur mon parcours préféré !

octobre18

 

novembre18

La suite de l’analyse au prochain épisode.

6 réflexions sur “Prépa SaintéLyon 2018 : faisons le point

  1. Je suis toujours impressionné par le nombre de km que tu avales, mais avec Strava j’ai pu voir que tu le fais vraiment très tôt le matin. Chapeau pour te lever si tôt.
    Le dernier mois tu as quand même pas mal borné, je pense que ça va pas trop mal se passer pour toi.

    A samedi

    1. Hello Sylvain, Effectivement je vais tester le concept de l’entraînement qui est concentré très proche de la date de l’objectif. La question est de savoir si ces « trous dans l’enchaînement de mes sorties de CAP » enregistrés loin de l’objectif en octobre ont un impact sur le résultat final. En d’autres termes est-ce que les toutes dernières semaines (S-1 à S-4) de sollicitations de l’organisme sont cruciales au point de rendre négligeable l’impact des séances de S-4 à S-8 ? Auquel cas…pourquoi se casser à s’entraînement si loin de l’objectif ? J’imagine que la vérité, comme toujours, est entre deux.

  2. il y avait cette semaine, dans les multiples newsletters sportives que je reçois, une qui parlait de ce fameux « tapering » avec une accroche qui a bien fonctionné avec moi dont tu fais écho (l’affûtage n’est pas synonyme de perte de poids) : don’t taper, peak !
    Bonne dernière semaine 🙂

    1. Of course. La confusion vient de la traduction littérale de tamper pour « affûtage ». Ce terme français renvoie chez nous à la notion de « rendre plus fin » et donc à maigrir pour être plus svelte. Rien à voir avec le vrai sens qui est de « baisser le volume ou intensité » d’un processus.

  3. Ping : La SaintéLyon 2018 : et si on parlait objectif de performance ? – Grégo On The Run

  4. Ping : Récit : La SaintéLyon 2018 – Grégo On The Run

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s