Mon Bilan 2017

Il reste quelques heure avant d’effectuer mon bilan course à pied de l’année 2017 et mes petits lionceaux nés le 8 août ont la gentillesse de me laisser quelques minutes de répits. Vite profitons en !

Ce fut une belle année dans tous les sens du terme : belle année sans blessure, belle année teintée de grandes émotions, de belles images en tête.

5 épreuves de course à pied dont 4 trails, rien de plus rien de moins ont suffit à mon bonheur.

Le semi marathon de Paris / le récit

L’Ultra Trans Aubrac / le récit

La X-Alpine / le récit

L’UTMB / le récit

La SaintéLyon / le récit

What else ?

On aime bien effectuer un bilan kilomètres et montrer à quel point on a été fort pour cumuler et faire « toujours plus ». L’année 2017 a été pour moi l’année où j’aurai le plus couru et je pense fondamentalement que je n’arriverai jamais à cumuler autant de kilomètres dans les années qui viennent si j’en crois ma production du mois de décembre, mois durant lequel je me suis beaucoup plus consacré à des sessions de biberons matinales et calins avec mes petits lionceaux du 8 août qu’à chausser les crampons…et autant dire j’en ai éprouvé autant de satisfactions.

Plutôt que de vous ennuyer avec des chiffres et des lettres je préfère présenter un petit bilan 2017 sous forme de photos correspondant à ces 5 courses.

  • Ma course la plus difficile de l’année 2017 :

DSCF5347.jpg

La SaintéLyon.

Pourquoi ?

Parce que la neige, le froid sur les crêtes sans coupe vent.

  • Ma meilleure performance de l’année 2017 :

ScreenClip

La Trans Aubrac.

Pourquoi ?

Parce que la meilleure performance sur la Trans Aubrac lors de mes 3 dernières participations consécutives.

  • Course où j’ai fait preuve de la plus forte résistance psychologique :

TV102_DSC8119.jpg

La X-Alpine.

Pourquoi ?

Parce que se rendre compte que l’on a oublié de remplir ses flasques à 4 heures du matin et que l’on vient d’entamer le Mur Lourtiers / La Chaux…et qu’il faut tout redescendre pour tout recommencer. Il paraît que c’est le signe que « l’on est enfin un homme » (cf. Si de Kipling).

  • La course la plus humide :

36862796.jpg

Le semi marathon de Paris.

Pourquoi ?

Parce que ceux qui l’ont couru cette année savent parfaitement à quoi je fais allusion.

  • L’épreuve de la plus grande émotion sportive 2017 :

FullSizeRender.jpg

Pourquoi ?

Pas besoin de mots… l’image se suffit à elle-même. Et merci à tous ceux qui ont contribué à faire que cette course ait été pour moi un événement exceptionnel. Ils se reconnaîtront ;-))

4 réflexions sur “Mon Bilan 2017

  1. Ah je me disais aussi que la SaintéLyon a été difficile avec ce froid et ce p….. de verglas, mais j’aurai pensé que l’UTMB était la plus dure, pour la fatigue ou le dénivelé par rapport à la SaintéLyon. Encore bravo de nous faire voyager dans ces paysages magnifiques et très heureux de t’avoir vu 2 fois à la Fouly et dans les 2 sens (X-Alpine et UTMB). Alors un petit spoiler pour 2018 ?

    1. Merci Sylvain pour ton message. Et bien entendu je pense que tu peux acheter ta résidence secondaire à La Fouly…tu m’y verras passer très probablement cette année une nouvelle fois encore !

  2. Jean-Yves

    Salut Grégory, tu peux être fier de ton année 2017 sur le plan sportif et perso ! Au delà de la gestion de tes courses, Je suis impressionné par le sérieux et la régularité de tes entrainements où il faut un sacré mental pour s’envoyer les 2h de running quasi quotidiens à l’aube quand beaucoup sont encore au lit. Bonne année 2018 et à bientôt, Jean-Yves.

    1. Hello Jean-Yves, Merci pour ton message. C’était une belle année et restera probablement la plus belle car je ne suis pas sûr de pouvoir renouveler de la même manière à l’avenir. En fait pour les 2h chaque matin ce n’est pas une santé mentale particulière c’est faire en sorte que cela soit une routine…addictive : seul moyen de pouvoir enregistrer sans trop de douleur psychique ce type d’effort. En effet si cela nécessitait de la volonté alors cela ne marcherait qu’un temps comme toute bonne résolution. Le secret c’est que cela soit routinier / programmé / enregistré : un point où le cerveau ne peut plus s’en passer. Ainsi je pense même que courir tous les matins c’est plus facile que courir 4 fois ou 3 fois par semaines le matin à l’aube. Les journées OFF cassent trop le rythme et aboutit à devoir se faire violence (trop violence) les jours où « il faut » aller courir : cela n’est pas tenable.
      Bonne année à toi Jean-Yves ainsi qu’à ta famille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s