La SaintéLyon 2017 : objectif de chrono

Et bien après avoir fait le point sur le volume d’entraînement hier, place à l’objectif de chrono pour la prochaine nuit blanche qui sera neigeuse et froide.

Mes deux précédentes SaintéLyon m’avaient permis d’enregistrer mes deux meilleurs chronos à savoir 7h10 en 2015 et 7h05 en 2016…alors pour 2017 ?

tab synthèse STL

Pour le matériel on va continuer à appliquer la même méthode que lors des deux dernières sessions après m’être couvert comme pour l’ascension de l’himalaya de 2010 à 2015 : à savoir « courir léger léger ».

On commence par la paire de running : des Hoka One One SpeedGoat. Exactement la même paire que pour courir l’UTMB cette année, elle doit afficher environ 2000 kms au compteur, en tous cas pas loin. Pour info j’en suis à la troisième paire d’affilée depuis presque 2 ans.

20171129_221917.jpg

Maintenant venons en aux textiles :

  • 1 seule couche : maillot noir manche longue Falke qui fait maillot de « juste au corps » 95% Polyamide et 5% Elasthane. Je pourrais m’en servir de haut de pyjama tellement j’y suis bien. Maillot identique à celui de l’année dernière.
  • Collant noir Falke pour les jambes: identique à celui utilisé pour toutes mes STL.
  • Chaussettes courtes noires de runnings Falke : je n’utilise plus de paires soit disantes « pour l’hiver ». C’est exactement la même paire de chaussettes utilisée pour les semi / marathon / Ultra quelle que soit la saison, été ou hiver.
  • 2 buffs flaggés TVSB (nostalgie) de Compressport : un textile absolument génial made in Swiss. L’un pour le cou (le noir) et l’autre pour la tête (en jaune). Je les utilise été comme hiver et c’est juste incroyable : l’été c’est pour me protéger du soleil et l’hiver pour me protéger du froid. C’est magique.
  • 1 paire de gants de ski Décathlon : impératif pour moi pour éviter d’avoir le bout de mes doigts qui gèlent. J’ai tout essayé en gants (haut de gamme…ie qui coûtent une blinde) soit disant de running/cycling… et la seule paire qui me permette de bien gérer les températures négatives c’est une bonne paire de gant de ski à trois francs six sous de Décathlon. Validée sur l’UTMB 2017 lors de la montée du Grand Col Ferret sous la neige et un froid de canard.
  • Frontale Petzl Reaktik + avec réglage via application Petzl : RAS. La batterie tient bien une nuit (validée sur l’UTMB).
  • Montre Polar RCX5 : pour son poids plume et elle donne très bien l’heure.
  • Un « porte gobelet/couverture de survie/flasque et gel »‘ de marque Salomon à contenance de 1L. Il n’y a que 3 poches à tout casser et pas de poche dans le dos mais comme je l’indique c’est juste pour porter 4 accessoires.
  • 4 accessoires :
    • La courverture de survie
    • 1 gobelet SaintéLyon pour prendre du Coca sur les ravitos
    • 1 gel à la cafféine spécial « Côte de Beaunant » pour les 3 kms qui restent.
    • 1 flasque … que je ne suis pas sûr d’emporter puisque les ravitos sont suffisamment proches pour moi.

Et c’est tout. Ah si, il y a un slip, très moulant, de marque FALKE également, non visible sur les photos. Je le portais au moment de la prise de vue probablement…

Bon et bien avec tout ça je ne vous ai même pas parlé de mon objectif de chrono pour samedi !

J’affiche la couleur du slip pour me mouiller : 6 59 59

 

12 réflexions sur “La SaintéLyon 2017 : objectif de chrono

  1. lilyrunning

    Je suppose que tu vas partir dans la première vague (ou la vague élite?) pour faire ce chrono. Tu gères comment l’attente en étant si peu couvert? Et sais tu vers quelle heure il faut se rendre sur le départ pour espérer se placer dans la première vague?
    Merci 🙂

    1. Greg est mon élite préféré 🙂
      Mieux vaut être devant en effet pour partir « vite » (je dirais 12 mini) et ne pas être gèné à l’entrée sur les chemin après 7km. Mais il faut aussi tenir, même si au final 72km en 6h59’59 ça ne fait qu’un gros 10 de moyenne…
      Et il ne faut pas avoir peur de sortir tôt et d’aller profiter de l’effet pingouin du sas. Au pire tu mets un petit coupe vent par dessus tout (dossard, sac) et tu le ranges après 5km.

      1. lilyrunning

        Merci pour ta réponse Julien!
        Je n’ai pas les mêmes ambitions de chrono que Greg, loin de la même haha, mais je pense en effet partir un peu « vite » sur les premiers kilomètres pour éviter d’être gênée ensuite. Et je vais opter pour l’option sac poubelle ou vieux pull à balancer après le départ 🙂 .

      2. 12 mini : impossible. Je resterai à 10 max. Tant pis si cela bouchonne mais se mettre au seuil n’est pas envisageable pour moi, j’ai un temps de chauffe supérieur à 1 heure de course.

    2. Je prends un gros blouson pour l’attente et quelqu’un de la famille est là pour le récupérer après le franchissement de la ligne. Mais oui : premier sas.

  2. moi auss un jour je ferai 6h59 !
    A chaque fois j’ai un super plan de course, et à chaque fois je tombe dans une failel spatio temporelle après Soucieux…
    Samedi, si le temps est sec, plutôt qu’un sac poubelle, le micro coupe vent kalenji peut se mettre en zone d’attente, se ranger, et se ressortir lors du passage du point haut qui est assez exposé au vent (froid).
    Il fait en général plus chaud en arrivant sur Lyon pour les 30 dernier kilos.
    Bonne course !

    1. Of course. Mais pour ne pas faiblir après Soucieu et prévenir le passage dans un autre espace temps il faut ménager sa monture durant toute la première période : surtout pas dans le rouge et même pas au seuil.

  3. On sent qu’il va se passer quelque chose ! Je pense que le Record Personnel va encore tomber cette année !!! Un vrai diesel marin, tu es increvable sur cette course, les premiers n’ont qu’a bien se tenir. Bon je vais essayer de battre mon propre record perso, ça ne devrait pas être trop dur

    1. Il se passera des trucs c’est sûr. En revanche que les 6 59 59 seront touchés : rien n’est moins sûr. Je serai prudent en tous cas. Inutile de se prendre des « cartons » sur le verglas qui pourraient faire très mal, d’ailleurs à ce propos le fait d’avoir des gants de ski est très utile pour amortir les chûtes.

  4. Ping : La SaintéLyon 2017 : récit de la plus difficile édition, de mémoire d’un coureur qui l’a courue 8 fois – Grégo On The Run

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s