Le point sur la Prépa SaintéLyon 2017 : again !

Et c’est parti pour ma 8ième SaintéLyon consécutive ! Enfin c’est bientôt là. Les dés sont jetés. Je suis en pleine période de tapering (« affûtage » en français bien que cette traduction ne soit pas très claire).

Le Tapering c’est quoi ?

A l’approche de l’épreuve je baisse assez sensiblement le volume de mes séances pour permettre au corps de surcompenser, c’est à dire d’arriver à un niveau de forme supérieur à celui que l’on a à la base (au-delà de la « base line »). La période d’entraînement spécifique est une période où le corps est toujours soumis à un stress (c’est le principe de l’entraînement) auquel il doit faire face en mettant en place des mécanismes d’adaptation. Durant l’entraînement on est dans un état quasi constant de fatigue plus ou moins élevé selon les semaines. Mais c’est vraiment lorsque l’on lève sensiblement le pied que l’organisme nous dévoile toutes ses armes bien aiguisées !

Depuis samedi j’ai enlevé 1h à mes sorties de course à pied matinales pour aboutir à une séance matinale quotidienne de 1h15. Et je me sens mieux de jour en jour.

Quel volume d’entraînement cette année ?

Et bien sur les deux derniers mois (soit 8 semaines) j’enregistre un volume d’heures de course à pied de 95 heures soit en équivalent kms de 950 kilomètres puisque je cours environ 10 kms par heure soit 475 kms par mois soit 119 kms par semaine à l’arrondis près. C’est à 15 minutes près ce que j’ai enregistré l’année dernière. Promis je ne l’ai pas fait exprès !

octobre 2017

novembre 2017

Sur ces 8 semaines (soit 56 jours) un peu de chiffres :

  • 48 séances de CAP soit 8 journées OFF.
  • A l’exception de 3 séances, toutes les séances ont duré plus de 1h30.

Toutes les séances ont été courues sur le MÊME parcours aux mêmes heures de la journées : sur les coups de 5h/6h du matin en semaine et après 7h le WE.

Le parcours que je nommerais de la manière suivante « Il est cinq heures, Paris s’éveille » : toujours de mon domicile Paris 2ièm (quartier les Halles/Montorgueil) vers le Parc des Buttes Chaumont dont je fais plusieurs fois la ceinture autour de la grille.

Le rituel de ma morning routine : il est environ 4h40 (pas de réveil je précise ! surtout pas !) je me lève, je bois quelques gorgées d’eau, je fais 100 pompes, je m’habille et je pars courir. Je rentre, je mets le pain (oui je fais mon pain au levain naturel) dans le four, je prend ma douche froide, je m’habille et me laisse emporter par les endorphines.

Cela dit depuis le mois d’août le rituel connaît quelques changements : 4h j’entends quelques cris de mes enfants, je me lève, je prépare le biberon, je donne le biberon, je les change, je fais mes pompes, je m’habille en tenue de CAP, je recouche mes enfants…vite vite il faut que je me tire avant qu’ils ne se remettent à pleurer : c’est ma femme qui doit prendre le relais ! C’est le contrat ;-))

Au niveau métabolique quel est l’état de forme ?

Et bien je dirais qu’il est exactement le même que l’année dernière. Je mesure la même taille de 175 cms et je pèse toujours « moyennement » 61 kgs en appliquant ma méthode de calcul personnelle qui est la suivante : moyenne de 3 pesées hebdomadaires (pour éviter de prendre en compte les fluctuations de poids quotidiens qui sont pollués par les variations de « fluides » et qui ne veulent rien dire). Voici ci-dessous la courbe de poids « débruitée » qui ressemble à un profil de course.

courbe de poids 2017

Maintenant concernant les points de faiblesse de ma préparation :

  • Je n’ai couru aucune épreuve au seuil de type semi marathon ou marathon depuis la rentrée alors que chaque année j’avais toujours ces deux épreuves au programme.
  • Plus de 95% de ma préparation a donc été faite en endurance fondamentale. Durant le mois de novembre j’ai néanmoins inclus 8 minutes à chaque séance d’un exercice d’accélération de 8 minutes : 20 secondes de « sprint » (enfin je cours plus vite on va dire…) et 15 secondes de récupération. Et c’est à peu près tout.

Quoi ? Grégo fait des exercices de VMA maintenant ? Et oui, tout fout le camps…

Le prochain billet à venir aura pour thème un objectif de chrono à venir sur cette SaintéLyon 2017 histoire de pimenter un peu les choses.

 

10 réflexions sur “Le point sur la Prépa SaintéLyon 2017 : again !

  1. Je suis toujours impressionné par ton nombre de kilomètres, j’ai accumulé 600km mais depuis mi-septembre. Mais comme d’habitude tu vas progresser dans le classement, mais il ne te reste pas beaucoup de marge, juste 100 personnes sont devant toi!! Je n’ai pas réussi à voir ton classement dans ta catégorie sur la SaintéLyon 2016, mais tu ne dois pas être loin du podium, non ?!?!
    Bon la météo annonce de la neige pour la nuit de samedi à dimanche, en plus avec la pleine lune on va avoir une course magnifique !!! A Samedi

    1. Merci pour ton message. Cela va être très dur de grignoter deux ou trois places cette année. Etre dans les 200 premiers me conviendrait parfaitement et me semble plus plausible qu’une amélioration de mon classement, je pense que mon 101 est pour moi inatteignable cette année n’ayant pas le même niveau de rendement de foulées cette année. La neige va rebattre les cartes également. Je ne suis pas certain qu’en relatif cela m’avantage. Et concernant la pleine lune + la neige : tu es sûr que c’est compatible ? If « il neige » THEN « pas possible de voir la lune » ?

      1. Ah mince mes données météo ne sont plus à jour, la prévision de temps clair c’était il y a quelques jours. Ça va cailler! Tu nous fais le coup à chaque fois, tu ne penses pas battre ton record et BIM tu l’exploses !!!

  2. c’est clair que ça borne !
    mais ce sont les 8′ de cardio qui vont tout changer cette année. Reste à savoir dans quel sens sera le changement 🙂

    1. Merci. Je pense être arrivé au point où l’on ne peut pas beaucoup augmenter le volume au-delà de celui que j’enregistre sans risque de ressentir le surentraînement : je n’en étais pas loin la semaine dernière car j’étais épuisé durant toutes mes séances.

  3. Ping : La SaintéLyon 2017 : objectif de chrono – Grégo On The Run

  4. Ping : La SaintéLyon 2017 : récit de la plus difficile édition, de mémoire d’un coureur qui l’a courue 8 fois – Grégo On The Run

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s