Semi marathon de Paris 2017 : runnons sous la pluie

Rapide résultat de ce semi marathon de Paris que je termine en 1h37min pile poil à mon chrono. Le résultat officiel ASO (organisateur) est de 1h44 car manifestement ma puce n’a pas enclenché le timer officiel au passage de la ligne de départ (ouf ! heureusement que j’ai pensé à prendre ma montre Polar).

La pluie a commencé à tomber « très très dru » juste après le deuxième kilomètre transformant le parcours en vraie pataugeoire. Finalement la course a ressemblé à une folle aventure épique, il ne manquait que la bande son de « Lord of the rings » pour se prendre pour des héros de films du type d' »Apocalypse Now ».

Je passe le 10ième Km en 44 minutes 58 secondes.

J’ai un peu tout eu sur cette épreuve : problème de ventre tendu comme le cuir d’un tambour sur la première partie puis problème d’arrêt au stand (comprendre : problèmes intestinaux) avant Bastille / problème de lacets à renouer avec des doigts gelés au 15 ième km…

Je remercie Giao (crédits : Giao Photo Running) pour cette belle photo au 18ième km.

photo-de-giao-semi-paris-2017

Après l’arrivée j’ai passé un très très difficile moment, j’étais en hypothermie. Le fait de s’arrêter de courir a sonné le coup de grâce.

Un GRAND merci aux organisateurs d’avoir prévu des ponchos pour se protéger. Sans cela je pense que j’aurais dû aller prendre le chaud chez un commerçant sur le chemin menant à la station de RER de Vincennes.

C’est en claquant des dents et la tête qui tourne que j’ai rejoint mon domicile aux Halles. La plus dure épreuve finalement aura été de … rentrer chez soi.

 

 

2 réflexions sur “Semi marathon de Paris 2017 : runnons sous la pluie

  1. J’ai couru ce semi en 2014 et je me souviens que malgré le soleil, j’avais cailléééé. Le poncho était effectivement salutaire. Vous avez pris cher d’après ce que je sais. Mais en même temps, quand on prépare un UTMB, c’est le minimum qui pouvait arriver. A quoi ça sert d’avoir du confort, tu vas souffffrrrrirrr !

    1. Je me souviens très bien de cette année 2014 : beau millésime. Et quant aux conditions, je pense sincèrement qu’elles étaient plus difficiles sur le semi de Paris que sur l’UTMB pour la simple raison que je n’étais pas du tout couvert, je m’en fichais pour une course d’une durée de 1h30. En revanche pour un Ultra tu as ton sac de trail avec tout le matos nécessaire et jamais il ne faut courir sous la pluie sans un Gore Tex. Cela dit je te rejoins sur la conclusion : on souffre … autrement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s