Prépa UTMB 2017 : faisons le point à fin février

L’UTMB c’est déjà dans 6 mois. Un mois, certes court, vient de s’écouler. Mais il faut capitaliser dès le début pour que la routine s’installe et que l’organisme s’habitue à ma dose matinale de course à pied, je vais y revenir…

Mais tout d’abord le début du mois de février a très bien commencé avec une semaine de ski aux Saisies où j’ai désormais l’habitude de laisser mes skis de descente à la cave et d’utiliser mes ski de fond pour faire du skating. Et quel plaisir ! Quelle beauté : skier sur des pistes qui serpentent dans les sous bois percés par la lumière du soleil et apercevoir justement ce massif du Mont-Blanc qui me nargue au loin et qu’il faudra contourner début septembre avec chaussé de mes runnings.

Après ce bonheur qui dura une semaine retour à Paris et sur sa piste de tour du…. parc des Buttes Chaumont que j’ai retrouvé tous les matins (ou presque) aux alentours de 5h30 du matin après 3 bornes de traversée de Paris en passant par le Canal St Martin et la Place du Colonel Fabien longeant le dôme du siège du Parti Communiste.

MÊME KILOMÉTRAGE DE CAP EXACTEMENT SUR FÉVRIER vs JANVIER !

polar-tab-fevrier-2017

Au compteur depuis le début de l’année : 960 kms à raison de 2 fois 480 kms respectivement sur les mois de janvier et février.

prepa-fevrier-2017

 

QUELLES SENSATIONS ?

C’est bizarre, les très bonnes sensations se succèdent aux mauvaises sans que je ne puisse réellement en comprendre les raisons. Souvent le mauvais rendu est dû à des stocks de glycogènes trop basses si j’en crois le chiffre de ma balance juste avant de courir ; si le chiffre est dans les basses eaux cela signifie que je risque de manquer de jambes lors de ma séance. Mais cela n’est pas non plus systématique à 100%. Bref c’est assez pénible de ne pas tout comprendre. En revanche je suis très sensible à l’heure de mon endormissement. Si je dépasse les 23h30… les signes de fatigue apparaîtront, pour disparaître complètement après la première heure de course. Et c’est ça qui est incroyable, c’est systématique à 100% : lorsque je suis sur le chemin du retour je ressens un bien être extraordinaire et qui se poursuit toute la matinée. Et ça c’est l’effet des endorphines ou de la sérotonine de la course à pied matinale ! C’est le pied.

Pourvu que cela se poursuive jusqu’à la ligne de finisher de l’UTMB.

 

2 réflexions sur “Prépa UTMB 2017 : faisons le point à fin février

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s