Ma SaintéLyon 2016 : résultat et impressions à chaud

Quelle épreuve ce raid solo de 72 kms ! La SaintéLyon est à la fois un Trail nature où l’on doit crapahuter sur des sentiers de randonnée mais également présente la particularité d’être une épreuve de course à pied très roulante sur de très longues portions de bitumes en descentes où les pointes de vitesses peuvent être très soutenues.

finisher-tshirt-et-bernachon
Après l’effort le réconfort fourni par un très grand chocolatier lyonnais.

C’était donc ma septième participation consécutive à ce qui demeure MON épreuve favorite de course à pied : celle que je ne manquerai sous aucun prétexte.

Alors ce résultat à chaud en quelques mots :

Mon meilleur chrono et meilleur classement toutes éditions confondues.

bilan-2016

Mes impressions / réflexions à chaud :

  • Cette édition 2016 était particulièrement difficile, plus difficile que l’année dernière. Mon classement cette année est meilleur de près de 50 places pour un chrono presque équivalent (7h11 l’année dernière). Comment l’expliquer ?
    • Le nouveau tracé dès Sorbiers (avec une montée de 1.5 km pour un D+ de 180 m) avec ses montagnes russes était rude et il donnait la sensation d’être plus long que le tracé de l’année dernière. Je n’ai pas du tout aimé ! SVP rendez nous le tracé classique !
    • La montée vers St André la Côte avec sa pente de 20% était terriblement casse pattes.
  • Conditions climatiques excellentes : un froid sec comme je les aime. A la limite il faisait presque un peu chaud. J’ai désormais l’habitude de n’avoir qu’une seule et unique couche (un textile qui ressemble à un maillot de corps). Parfait ! Quelques portions de boues labourées par des milliers de concurrents de la Saintexpress mais néanmoins moins dangereuses que certaines éditions terribles (2012).
  • Mon départ est toujours très très laborieux. Il me faut environ 2 heures pour réellement être dans la course. Je prends beaucoup de plaisir lorsque je suis dans les portions descendantes de la course.
  • Douleur au milieu du mollet qui s’est éveillée dans le début de la course et qui laisse penser que j’ai une micro déchirure. Il suffisait de ne pas y penser mais celle-ci a été omniprésente et m’a beaucoup inquiété à l’entame de l’épreuve.
  • Merci Juju : Finalement j’ai suivi tes conseils d’acquérir un gilet porte flasque 1 litre et porte gobelet. Très efficace car ne se fait plus sentir.
  • Gros gros problèmes de lacets avec mes Hoka One One Speed Goat : Hoka je vous déteste ! Rendez moi le système de laçage des Rapa Nui ! J’en avais tellement marre de me relacer qu’il m’arrivait parfois de laisser mes pieds flotter dans mes chaussures en ayant l’impression de porter des chaussures taille 50.
  • Petzl je commence à vous aimer : j’avais peur que le carrosse ne se transforme en citrouille comme l’année dernière (la frontale qui s’éteint à 5 heure du mat). Il n’en a rien été cette année malgré mon paramétrage de 6 heures via l’application Smartphone de ma Reaktik +. Elle a tenu jusqu’au bout mais j’ai eu quelques sueurs froides que cela ne tienne pas.
  • Capturs (balise GPS) je commence à ne pas vous aimer : outre le fait que l’application est buggé (impossible de faire reconnaître la balise par le PC) le système de transmission des points GPS permettant à des utilisateurs de me localiser n’a pas du tout fonctionné…rien n’a marché ! Gros problème de fiabilité.
  • Le bonheur de courir…seul ! Beaucoup de portions où l’on se retrouve sans coureur en visuel devant soit donnant la sensation que l’on est seul au monde au bout de la nuit avec un ciel étoilé. Sensations surprenantes.
  • Pourquoi les coureurs partent-ils si vite jusqu’à Saint Christo (km 16) ? : je me fais dépasser par une multitude de coureurs partant sur une allure de semi marathon mais avec une respiration très prononcée lors des premiers kilomètres. Savent ils que l’épreuve va durer pour eux plus de 8 heures ? Pensent ils réellement tenir à ce rythme ?… et puis ils disparaissent de mon viseur dès Sainte Catherine.

Le récit est à venir. Pour l’instant j’ai toujours la tête dans les étoiles…

Bravo à tous les finishers de toutes les épreuves de cette SaintéLyon 2016 : un grand cru.

Quelle belle nuit !

 

4 réflexions sur “Ma SaintéLyon 2016 : résultat et impressions à chaud

  1. Tu m’épates encore une fois.
    Bravo !
    C’était une année à perf avec le temps frais et sec (surtout les jours précédents la course).
    Et désolé pour le labourrage.
    J’ai quand même essayé d’avoir le pas léger 🙂

    Tu as bien mérité ton Bernachon 🙂

    1. Merci à toi. Un peu surpris de ne pas te retrouver sur la 72 kms ! J’espère que tu en seras pour l’édition de l’année prochaine. Pour la récup comme tu le sais y’a pas que Bernachon. Valrhona en tablettes cela le fait aussi.

      1. Je ne voulais pas m’embarquer sur la grande. Trop long, trop dure, trop exigeante en terme de prépa aussi !
        Et j’avais également envie de courir vraiment. Les sensations de course sont tellement différentes entre un effort de 7-8h et un de 4!
        La Saintexpress est proche d’un marathon en terme d’effort alors que sur le 72 on peu se laisser porter d’un pas léger 🙂
        Je vais regouter à ce sentiment avec l’ecotrail 80 l’année prochaine. Et comme il arrive très vite je voulais aussi un peu me préserver 🙂

  2. Ping : SaintéLyon 2016 le récit : 101 – Grégo On The Run

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s