Prépa SaintéLyon 2016 : le Bilan

Ce matin (27 novembre 2016) je viens d’achever ma dernière séance spécifique de préparation à ce qui sera ma septième SaintéLyon consécutive (sur le raid en solo). Demain, commence la période de tapering (appelée aussi affûtage) avec des séances quotidiennes qui ne dépasseront pas une heure, jusqu’à samedi prochain jour de l’épreuve.

tshirt-finishers-stl-2016
Classement des TShirts de la STL par ordre chronologique, de haut en bas dans le sens de la lecture….De tous les TShirts de finishers d’une épreuve, le plus beau à mes yeux demeure toujours le premier.

Alors ce bilan de la prépa STL 2016 ?

Voici les chiffres :

J’ai pour habitude de considérer que la préparation spécifique s’étale sur 5 semaines et 5 semaines c’est 35 jours.

  • Cette année sur les 5 semaines j’ai cumulé 641 kms environ (mon accéléromètre est assez imprécis) soit une moyenne d’environ 128 kms / semaine.
  • Sur 35 jours j’ai couru tous les jours à l’exception de 4 journées off.
  • Sur les 31 séances de CAP, 21 ont une durée de plus de 2 heures.
  • 10 séances ont une durée inférieure à 2 heures.
  • Aucune séance n’a duré plus de 3 heures, la plus longue a été de 2h39.

mois-octobre-entrainement

mois-de-novembre-entrainement

Paramètres d’entrainement :

Ceux qui me lisent connaissent bien ma routine :

A l’exception de deux séances effectuées dans les Petites Maures dans le Var les 12 et 13 novembre (durée 1h15) TOUTES mes séances se sont déroulées de la manière suivante :

  • A partir de 5h30 environ du matin : réveil sur cycle naturel (jamais de réveil artificiel) / 2 gorgées d’eau / puis 100 pompes avant de m’équiper.
  • Départ toujours à jeun avec les deux gorgées d’eau du réveil.
  • Séance TOUJOURS en endurance fondamentale sur les sensations.
  • Sans boire ni manger durant la séance.
  • Parcours ? : du quartier Montorgueil (Les Halles / Paris 2) jusqu’au Parc des Buttes Chaumont (Paris 19) puis faire des tours sur le trottoir de ceinture du Parc (je n’y suis jamais entré … pour courir durant ma prépa)…quelques tours (en général 7 tours).
  • Intérêt du parcours ? : cela monte et cela descend sans cesse. Pas de monotonie dans les appuis pour l’organisme et les tendons car la déclivité change sans cesse.
  • Retour vers 7h30 : douche et petit déjeuner à base de Pain toasté + 3 œufs (en sabayon ou scramble eggs) + thé vert (jamais de café que je ne bois jamais en dehors d’un unique et exclusif cappuccino le vendredi matin).

Voilà c’est la routine et c’est la raison pour laquelle cela ne constitue absolument pas pour moi une astreinte.

Après les chiffres quelques histoires sur les sensations :

Nutrition générale :

Très clairement courir plus de 100 bornes par semaine (soit environ 6000 Kcal) a un impact sur mon métabolisme (et notamment sur le sentiment de satiété) qui est assez singulier. Tout d’abord sur la faim :

Je mange environ 6 à 7 œufs par jour (3 le matin au petit déj. / 1 en fin de matinée / 1 autre en milieu d’après midi si j’ai faim et parfois au dîner avec une poêlée de légumes).

En fin de matinée vers 11 heures j’ai vraiment faim ce qui n’est pas le cas tout de suite après ma séance de CAP au moment du petit déjeuner. C’est vraiment le seul moment de la journée où la faim me tenaille et où j’ai un besoin impérieux de manger. Donc souvent j’ai avancé ma pause déjeuner à 11h30.

En fin d’après midi je mange une pâtisserie (une tarte au chocolat très souvent : clin d’œil ceux qui me connaissent, ils savent qui est mon fournisseur).

Soirée : de la viande (j’adore l’entrecôte bien maturée), ou poisson ou parfois seulement poêlée de légumes avec un œuf (encore). Je termine souvent par une pâtisserie et/ou (souvent « et ») avec des chocolats (7 carrés noirs à minima) ou bonbons de chocolat (avec ganache ou pralinés).

Mon poids est resté stable et est en ligne avec celui que j’avais l’année dernière à la même époque : dans une fenêtre de 61,5 / 62 kg pour 1 mètre 75.

poids-evolution

Sensations durant cette préparation spécifique ? :

Ce matin lors de ma dernière séance elles étaient très bonnes. Or hier c’était catastrophique : très grosse fatigue ! En fait mes sensations de fatigues arrivent de manière aléatoire. Certains jours je suis euphorique, d’autres jours j’ai des enclumes au pied sans que je ne sois vraiment capable d’identifier un facteur explicatif… à l’exception d’un seul. Le samedi matin je suis TOUJOURS fatigué alors que c’est la séance que je commence à 7h30 (qui correspond à l’heure à laquelle je termine mes séances en semaine). Pourquoi ? Je n’ai pas d’explications mais c’est systématique. Tout rentre en ordre le dimanche matin.

Fatigue en cours de journée ? Je fais une sieste flash de 15 minutes maximum sur mon desk (au bureau) à 13h00 et c’est reparti pour un tour. Incroyable l’effet que me procure cette pause : très efficace pour recharger ses batteries et ne pas être dans le brouillard en début d’après midi ce qui est le cas si je n’effectue pas cette pause. En revanche je ressens toujours une grande forme en fin d’après midi (je ne rate pas mon Tea Time avec thé vert Sencha et pâtisserie à 16h30).

Maintenant place à l’objectif… cela sera l’objet du prochain article.

 

 

 

 

16 réflexions sur “Prépa SaintéLyon 2016 : le Bilan

  1. valmente

    Bonjour, Greg, j’attendais comme tu peux l’imaginais cet article « annuel » et comme d’habitude je t’ai lu avec intérêt.
    Notamment tu abordes le sujet de la nutrition sur lequel nous avion échangé par mail. J’ai fait également le constat que le plaisir de manger était primordial (moi c’est le flan pâtissier ou les crêpes que je mange très très régulièrement). Que déjeunes-tu le midi (l’oeuf que tu manges en fin de matinée est un encas ?) ?
    Et quelle est la différence entre les séances spécifiques et les non spécifiques ? Il me semble que tu n’as jamais fait autant de km (notamment hebdomadaires) jusqu’à présent non ?
    Très bel entrainement en tous cas. Je te souhaite un bon tapering dans l’attente de ton prochain article.

    1. Bonne question : à midi je prends un sandwich maison (viande dans un muffin anglais …all home made) ou j’ai des déjeuners corporate (entrée plat ET dessert classiques). Quand je parle de spécifique c’est tout simplement que j’ai décidé arbitrairement d’entrer dans une phase d’entraînement où je vais compter les kms et les comparer aux années précédentes : absolument rien de changé dans la séance proprement dite (si ce n’est que je mets mes chaussures de trail au lieu de mes chaussures de marathon). Exact pour une STL je n’ai jamais autant couru de kilomètres je vais y revenir dans mon prochain post.

  2. Alors l’addiction au chocolat je connais bien, mais aux œufs???? Lol! Pourquoi tant d’œufs??? Rho le cholestérol!!! Sinon, je connais bien ton dealer pour la ration de 16h30, le meilleur !!! Est-ce qu’il te sponsorise au moins ???
    Le grand jour c’est pour quand ? Le we du 3/4 ?
    Et vérifie les piles de la frontale!
    Allez, l’endurance avec toi!

    1. Pourquoi autant d’oeufs ? Parce que j’adore : Sabayon / Scramble eggs / Oeufs pochés / durs / et dans la pâtisserie que ferions nous sans eux (sans oeufs voulais je dire !). Et quant au cholesterol on s’en fiche puisqu’il est prouvé que cela n’a rien à voir avec les maladies cardio vasculaire (voir l’excellent reportage sur Arte : « le grand bluff du cholesterol »). Donc on s’en fiche. La STL c’est samedi soir yes !! Peut être que le matin je serai allé chez Bernachon après la remise des dossards… Et non pas de sponsor de la MdC !!!

  3. Je vais me baser sur ton régime pour cette dernière semaine avant la SaintéLyon, je reste admiratif de ton nombre de kilomètres par semaine, j’ai réussi à faire 77km sur ma plus grosse semaine. Je te vois bien parti pour briser le plafond des 7h, en plus la météo s’annonce plutôt douce pour la semaine prochaine. Toutes les planètes sont bien alignés pour un record !!!

    1. Pour la période d’affûtage il me semble primordial de continuer à courir pour l’entretien des jambes et pour se faire plaisir : un footing juste comme ça pour le fun cela fait du bien au cerveau qui sait qu’il n’a plus à enquiller des bornes et lourdes charges. Je suis convaincu que c’est hyper important et que la coupure trop nette du style « j’arrête de courir une semaine avant » est contre productive car trop radicale. Non je ne pense pas casser nettement les 7 heures. Ma perf de l’année dernière était exceptionnelle (une nuit d’euphorie !). Si j’arrive à la reproduire et bien j’en serai déjà ravi.

      1. j’aimerais bien réussir à te convaincre qu’un tapering plus appuyé peut-être bénéfique, faudrait essayer une année 😉

        j’adore tes billets « bilan », je me sens moins « freak » quand je ponds le mien par la suite 😉

        bonne course !

      2. Ton accéléromètre est peu-être imprécis, mais le chrono ne ment surement pas.
        12 à 13h par semaine c’est costaud. Et effectivement en faire la moitiée à S-2 serait à mon avis le top. il faut se forcer car on devient prisonnier de sa routine sans se rendre compte de la fatigue accumulée et de la fraicheur que l’on peut ressentir quand on « coupe » 2 jours…
        Mais les dés sont jetés maintenant. Il est trop tard et il ne te reste plus qu’à dormir pour assimiler 🙂

  4. Toujours aussi surprenant.
    Tout comme tes chronos finaux 😉
    Je suis bien battu sur les oeufs même si j’en mange 2 ou 3 le matin. Le soir ce sont souvent des poissons en boite… maquereaux, sardines. Ou des omelettes !

    ça risque de filer cette année avec la météo qui se profile !

    1. Je n’ai pas encore bien checké la météo. J’espère qu’il y aura un froid bien bien sec : (5 degrés sans aucune précipitation cela serait parfait). Pour la nutrition le plaisir avant tout. Je suis en dehors de tout dogmatisme et en dehors de tout cadre alimentaire préétabli. Les histoires de bio, paléo, vegan etc… ne me concernent pas. Le plaisir cérébral c’est ce qu’il y a de mieux pour la santé ! Bien entendu tant que l’on a des dépenses caloriques en ligne avec sa consommation absolument rien ne dit qu’il y a des bienfait à être mangeur contraint ou orthoréxique : la science n’a apporté à ce jour AUCUNE preuve de la supériorité d’un cadre alimentaire contraint défini. En revanche quel business autour de tous ces dogmes !!!!!!! Il y en a qui n’ont pas intérêt à ce que cela se sache (qu’il n’y a aucune preuve autour de tous ces machins bidules trucs…) : des milliards d’euros de chiffre d’affaire…

  5. @Remi mon ami : as tu un peu plus de charbon à nous fournir pour étayer le fait qu’il faudrait couper un peu plus à l’approche d’une épreuve? On est d’accord pour baisser le volume, les études existent démontrant ce phénomène de surcompensation lorsque l’on lâche la bride. Mais en fait ce que je n’arrive pas bien à apprécier c’est dans quelle mesure. Ta suggestion de VRAIMENT couper (quitte à ne plus rien faire) attire mon attention mais je ne sais pas de combien; Tu as l’air si sûr de toi que je ne demande qu’à te croire mon grand ! 😉

  6. Ping : La SaintéLyon 2016 : objectifs pour cette septième participation – Grégo On The Run

  7. Djey

    Salut Greg
    Bravo pour cette préparation, je suis admiratif. Cela dit nous ne jouons pas dans la même cour ! 😉

    1. Hello Djey, Chacun fait pour le mieux et va au bout de lui-même : il est là l’important. Les comparaisons inter personnelles sont très secondaires.

  8. steeve

    Bonjour,

    J’ai suivi avec intérêt tes billets, d’autant plus que ton temps l’année dernière correspond à mon objectif cette année…pour une première participation.
    La gestion de la course 2015 me semble la meilleure avec un départ prudent qui permet une régularité dans l’effort jusqu’à Lyon.
    L’entrainement de la dernière semaine me laisse cependant dubitatif…La fraicheur étant à mon sens un facteur déterminant pour ce type d’épreuve…

    Merci en tout cas pour toute cette littérature et RdV à l’arrivée pour le débrief…

    1. Hello Steeve, Alors quelle a été ta performance sur cette STL ? Concernant le degré de fraîcheur en fait tout est relatif en terme de tapering. J’entends par là que ce qui comte c’est le delta plus que le niveau absolu. Je m’explique : je suis passé d’un régime de 120 km / semaine à la dernière semaine où je n’ai couru que 1h15 tous les jours (du lundi au vendredi) : crois moi c’est une sacré baisse de volume et j’ai vraiment senti mon corps « surcompenser » lors de cette toute dernière semaine de course à pied avec une sensation de voler littéralement lors de ces toutes dernières sorties qui précédèrent l’épreuve. Bien à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s