Saintélyon 2014 : le résultat en bref

C’était ma cinquième participation au raid nocturne de la doyenne des trails qui comptait cette année 72 kms.

Mon objectif était d’enregistrer un chrono de moins de 8h15 et d’entrer dans les 500 premiers au classement général (rappel : mon meilleur classement enregistré l’année dernière était de 625).

RÉSULTAT FINAL : AU DELÀ DE MES ATTENTES

IMG_2587

Chrono : 7h 39min 53s

Classement (non officiel) : 244 sur 5549 coureurs qui figurent au départ (source : article de Lequipe.fr). Je suis dans le premier décile, ce qui était mon objectif. A l’heure où j’écris ces lignes je ne connais pas le nombre d’arrivants.

Mais cerise sur le gâteau : j’obtiens la SAINTE D’OR pour avoir couru en moins de 7h 45min ce qui était pour moi jugé comme inaccessible avant de prendre part à la course.

A 20 kilomètres de l’arrivée je me rends compte que je peux obtenir cette distinction si je ne flanche pas. Je me mets la pression pour ne rien lâcher. Je sais que cela risque d’être très juste. A encore 3 kilomètres de l’arrivée sur les quais de Saône je connais un très gros coup de mou me poussant à marcher. Je sens que la Sainté d’Or est en train de m’échapper. Et finalement j’arrive à puiser des ressources de je ne sais où et me remets en selle sur le magnifique pont Raymond Barre pour finir en sprint dans le Parc de Gerland.

Je reviendrai plus longuement lors d’un récit plus exhaustif.

En attendant en bref quelques informations.

Ma préparation :

  • L’entraînement

Cette année je n’avais jamais été aussi bien préparé pour cette Saintélyon par rapport aux précédentes éditions affichant un volume de plus de 400 bornes effectué exclusivement en endurance fondamentale  (une seule séance de VMA seulement) lors des 5 semaines d’entraînement spécifique effectué exclusivement aux Buttes Chaumont.

  • L’équipement pour l’épreuve 

L’objectif était de courir léger !

Cette année je n’ai mis qu’une seule couche, un juste au corps FALKE manche longue, de la même matière que celui utilisé lors de toutes mes courses cette année.

Un bonnet, une double paire de gant, une frontale PETZL.

Pas de sac à dos, pas de poche à eau, pas de portable.

Des chaussures HOKKA ONE ONE Rapa Nui de 310 grammes qui m’ont été indispensables. Mon changement de chaussures tardif (il y a deux semaines) s’est avéré une stratégie risquée mais très payante.

Durant la course j’ai volé et ressenti des sensations extraordinaires jamais vécues lors des précédentes éditions.

Je suis encore sous l’effet des endorphines…

DSCF6644
Un TShirt de Finisher pas très beau pour ma plus belle SaintéLyon

 

Qu’importe les prochaines éditions, j’ai déjà vécu le meilleur lors de cette Saintélyon.

Récit de mes précédentes SaintéLyon

Tableau de synthèse de mes 4 premières SaintéLyon

Les liens vers les récits exhaustifs de mes 4 premières participations :

SaintéLyon 2010

SaintéLyon 2011

SaintéLyon 2012

SaintéLyon 2013

17 réflexions sur “Saintélyon 2014 : le résultat en bref

  1. bblmr

    Bravo ! moi qui pensais, suite à la consultation des résultats que tu serais très déçu… mais je consultais les résultats de 2012 !

  2. Sylvain

    Je pensais bien que tu aurais la Sainté d’Or, l’année prochain tu vas finir dans le Top 100 !! Quelle progression ! Encore une fois bravo!

    1. Impossible d’être dans le top 100 : il s’agit de l’élite. Je n’en ai ni les capacités physiques (les dures lois de la génétiques) ni la disponibilités (si j’avais les capacités physiques requises) de m’investir dans l’entraînement requis pour atteindre cette performance. Mais qui sait dans un monde parallèle (je sais que tu es féru de physique quantique), peut être le suis-je déjà ?

      1. Sylvain

        T’es à 32 min du 100e, tu m’avais dit impossible pour la Sainté d’Or … will see in 2015 🙂 Pour ma part je partirai de Saint-Etienne l’année prochaine, c’est sûr !

  3. Tu m’a bluffé.
    Je ne te pensais pas aussi « ambitieux » et du coup quand on s’est croisé à St Christo j’ai eu peur que tu sois parti trop vite. Mais tu as bien enchainé. On est ensemble à St Genou aussi d’après le live.
    Ensuite, là ou la course commence, que tu as eu le mental et les cannes que j’avais l’année dernière pour un gros finish !

    bravo !

    1. Merci à toi Juju. Pour ces compliments je te fais le dessert de ton choix à l’occasion de notre debrief la semaine prochaine. Je peux même concevoir quelque chose avec du nutella !

    1. Hello Daddy. Tu sais que je n’ai appris qu’en lisant le blog de Juju que j’avais rencontré Daddy lors du départ de la SaintéLyon. C’était donc toi ! Très heureux de t’avoir rencontré sur le départ.

    2. @Daddy, je pense qu’il ne faut surtout pas prendre le départ de ce genre de course (longue) si on n’a pas confiance en soi, si on n’a pas envie d’aller au bout 😉

  4. super résultat ! bravo ! je trouve ça intéressant d’avoir beaucoup travaillé en endurance fondamentale (tout en sachant que tu as déjà une bonne VMA d’après ce que j’ai compris de Chicago…) Tu as fait quel volume horaire/kilométrage dans les 3 derniers mois ?

    1. Merci c’est sympa ! Et oui que de l’EF, en accélérant dans les descentes. Cela dit je m’aperçois au vue de mes courbatures aux quadriceps que je n’ai pas suffisamment travaillé les muscles en excentriques. J’ai dû le payer quand même sur la fin. Il faut que je fasse le calcul car j’ai changé de montre et donc d’appli. je ne peux donc pas te le fournir d’un claquement de doigt. Tout ce que je sais c’est que j’ai couru une moyenne de 70-80 bornes / semaine (en moyenne 6 séances) en faisant gaffe de ne pas dépasser les 70% de FCMax (sauf quand j’envoyais dans les descentes).

      1. ah quand même t’as des courbatures ?
        bien fait !
        pas moi 🙂
        ce qui me semble presque normal vu le volume à l’entrainement, et tellement différent de ce que je peux avoir après un trail de montagne avec du dénivelé. Difficile de pas passer 4 jours sans douleurs. Alors que la sainté…

        Et sinon t’as même pas fait un poil de seuil ? rien, 0 intensité ?

  5. @Julien Dans les descentes d’escalier c’était un peu compliqué jusqu’à mercredi. Concernant les séances, non pas de seuils uniquement du lent, toujours le matin aux Buttes Chaumont à jeun (pas sûr que ce dernier critère soit si important). Un élément surprenant : courir le matin au réveil fait que le temps passe très vite. Je me mettais à enchaîner des séances tous les jours de 2 heures sans m’en apercevoir…et parfois j’arrivais à 3 heures le WE. Il y a un truc qui m’a semblé important, le fait de courir lentement fait que la récupération se fait sans aucun problème. Je n’ai jamais ressenti de grosses fatigues même lors des deux semaines à 110 kms.

  6. Ping : SaintéLyon 2015 : le matériel et les temps de passage prévus. | Grégo On The Run

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s