Fracture de fatigue du coureur à pied. Maintenant je peux en parler.

Le diagnostic est confirmé par l’IRM. Je me suis fait une fracture de fatigue au troisième métatarse du pied droit. C’est quoi une fracture de fatigue? Et bien déjà ce n’est pas une fracture à proprement parlé et si le terme de fracture est couramment utilisé, le terme médical approprié est « fissure de fatigue ». On pourrait parler de fêlure également. C’est la raison pour laquelle aux rayon X on ne voit rien ! Il faut faire une IRM ou mieux une scintigraphie pour percevoir le traumatisme.

Et encore sur l’IRM jointe on ne voit pas grand chose non plus. Il faut avoir les yeux de lynx du radiologue (guidé par les indications du traumatologue) pour percevoir sur le troisième métatarse une légère fêlure horizontale. En revanche on perçoit bien l’inflammation (nuage blanc autour du métatarse). Je sens donc une douleur lorsque développe le pied par terre.  Je marche comme un petit vieux.

Comment en suis je arrivé là?

Selon les spécialistes, (mon traumatologue et mon kiné dont les avis convergent parfaitement sur ce point) une fracture de fatigue est causée par une nouvelle contrainte trop forte appliquée aux tissus et qui petit à petit crée un traumatisme. Ce traumatisme qui ronge petit à petit (et crée une fêlure) jusqu’à dépasser le seuil de la douleur peut également être due à un changement de chaussures ou un changement de posture qui font que la contrainte n’est plus celle habituellement appliquée aux tissus.

En l’espèce ma fêlure du troisième métatarse serait due à ces DEUX facteurs conjugués à savoir une charge de travail PLUS un changement de contrainte.

Analyse de mes quatre dernières semaines d’entrainement ante-fracture :

1/ Une charge de travail qui a sensiblement augmenté sans respecter aucune progressivité.

Oui, mon volume de Kms n’a jamais été aussi élevé depuis que je cours. D’habitude je courais environ 35 kms par semaine sur 2 à 3 séances. Or, depuis fin août j’étais passé à 65 Kms avec 4 à 5 séances, en ayant intégré des footings de récupération…ce que je ne faisais jamais avant.

2/ Changement de contrainte appliqué à mes pieds.

Je n’ai pas changé de chaussures en revanche j’ai fait un gros travail de changement de foulée. En effet, notamment lors de mes « footings de récup. » je me concentrais pour appliquer une foulée plus orientée plat du pied (à défaut de pouvoir avoir une attaque « par l’avant ») et me débarrasser de l’attaque du talon.

Ai-je ressenti des signes avant coureurs sur le troisième métatarse?

OUI, mais je n’ai pas su écouter !

En effet, selon les médecins la douleur de la fracture de fatigue n’intervient pas d’un seul coup CRAC tel un claquage ! Non, en principe la douleur est progressive, il y a des signes avants coureurs…que je n’ai pas entendus. Après mes fameuses « séances de changement de foulée » j’ai bien ressenti de manière très fugace, très fugitive quelques douleurs au niveau du pied droit, mais cela était très très léger et ne durait pas bien longtemps. Et puis on ressent tous ces petites douleurs auxquelles nous ne prêtons pas attention car elles partent en général assez vite. Nous mettons cela sur le compte de la période d’adaptation nécessaire au corps pour faire face à la charge d’entrainement.  Si on devait sans cesse s’arrêter pour une petite douleur ressenti aux articulations, à la cheville…on serait toujours à l’arrêt !

Or en l’espèce peut-être aurais je dû être plus vigilant, car ces signes je les avais bien AVANT. D’accord, cela est facile à dire à posteriori.

30 réflexions sur “Fracture de fatigue du coureur à pied. Maintenant je peux en parler.

  1. boblemar

    Tout le problème se situe entre « entendre » et « écouter ».
    Tu as bien entendu les signes, mais tu n’as pas voulu les écouter (ou le contraire?).
    Mais c’est sur que si tu écoutes toutes les petites douleurs… tu arrêtes le sport !
    Personnellement, j’ai l’impression que ces petites douleurs sont un dialogues permanent entre mon corps qui me dit (avec un accent antillais) « Vas-y cool mon gars, pas la peine de te fatiguer. Qu’est-ce que ça va changer ? Tu serais pas mieux à boire un T-punch ? » et ma tête qui dit : « Je vais continuer parce que c’est mon programme d’entrainement. Je ne suis pas une feignasse. Une fois chaud, ça ira mieux ».
    Il est difficile de faire la différence entre des bruits parasites (la petite voix du démon antillais) et le vrai cri du corps.
    Pour l’instant pour moi, ça passe, mais un jour, j’imagine que ça cassera.
    Quand on lit tes explications, le ressenti semble anodin et classique, et il s’explique par les changements opérés.
    Après, c’est sur qu’avec la conclusion, il est facile de dire que ton augmentation de charge de travail est la cause du problème, mais a posteriori, c’est toujours plus facile non ?

    PS : Je ne sais pas pourquoi mon démon intérieur a un accent antillais. Il faudrait que je passe voir un psy à ce sujet !

    1. Et moi en ce moment j’ai une voix qui me dit. « Vas y, vas y, va courir le marathon de NY, tu peux le faire ! ». Et j’sais pas quoi faire…

  2. mon1ermarathon

    Vitamine D, calcium, soleil… En avais-tu fais le plein? Car sans ca, les os ce fragilisent et résistent moins aussi. D’ailleurs, les fractures de fatigues arrivent souvent à la sortie de l’hiver. Le manque de soleil (et donc de vitamine D), fixateur du calcium sur les os, entraîne une fragilisation des os. Et souvent, avec l’appel des beaux jours, on est tenté de se remettre à la course à pied.
    Alors, tu as mangé des petits filous ou pas cet été?! 😉
    Remets toi bien!

    1. anny

      Bjr j’ai changé mes baskets en janvier 2014 , en fevrier 2014 j’ai ressenti mal au pied podologue pour semelles, je lui dit que ma basket pied droit et plus serré j’avais une cloque en dessous , je me plein tjrs a mon doct mal au pied droit surtout au repos, j’ai passe echo et radio rien , tjrs mal ils ne comprenne pas mon podologue me dit il faut que la basket se fasse a mon pied nous sommes en juin, et nous partons en vacances dans le sud tjrs mal , ma fille prend rdv chez son medecin pour moi en septembre je lui explique , il me repond je pense a fracture de fatigue, je rentre de vacances , je recours et marche nordique puisque je suis encadrante, le 7 oct je passe la scintigraphie du doct du sud et 2 fractures de fatigue , et 2 jours apres , a la lecture de la scintigraphie pas une ni deux mais 3 fractures sur le 1er , le 3 et le 4 meta. Puis je fas mesurer les baskets que j’ai eu en janvier 2014 il s’ avere que la basket droite et plus petite de 7 millimetre , voila la raison des cloques et des fractures , pourtant baskets acheter dans un magasin de sport , arret du sport depuis sept 2014 et tjrs mal . Voila mon histoire….

      1. Merci pour ton témoignage qui enrichit les points de vues. Cela dit les raisons pour lesquelles tu as eu des fractures de fatigues ne sont pas forcément liées aux 7 mm de différence mais au modèle de basket tout simplement. Il ne faut pas hésiter à changer radicalement de modèles.
        Bon courage.

  3. Au moins c’est clair.
    Et dire que tu voulais pas faire trop de sorties longues 😉
    Moi j’aime pas la ppg (je mets le crossfit là dedans) alors je vais dire que c’est à cause de ça. Les Ptits filous n’y sotn pour rien !

    J’espère que cela se consolidera vite et qu’il n’y aura pas de traces. Tu es à l’arrête jusqu’à quand ?

    1. Concernant l’arrêt : Si tu écoutes les Doc. c’est entre 4 et 8 semaines (j’en suis à 3 déjà). Mon kiné me conseille de recommencer à trottiner dès dimanche prochain. On verra bien, mais cela progresse plutôt dans le bon sens et assez vite.
      Sinon comme mon corps réclame, le lui fait faire plein de PPG. Je bats record sur record dans mes circuits training (dans mon salon) en Crossfit, seul moyen pour moi d’entretenir ma Vo2 Max même si ce n’est pas de l’entrainement spécifique course à pied.

  4. Ce n’est pas toujours évident de comprendre tous les signaux, entre ceux signifiant que le corps a un peu la flemme, ceux signifiant que le corps n’en peux plus et ceux pour lesquels, il vaut mieux s’arrêter.
    Lors de mon entraînement pour l’écotrail j’étais passé de pas grand chose à 4 entraînements par semaine. Pari risqué mais après l’ecotrail et le MDP j’ai levé le pied !!

    Sinon tu peux faire de la piscine, pas mal non plus !!

    1. De la piscine ?? Je coule, je ne sais pas nager !! Ou tout du moins je recule quand j’essaie de nager. J’ai une technique épouvantable.

      1. boblemar

        Justement, si tu t’essouffles juste à essayer de flotter, ça doit être efficace pour le VO2Max non ?

      2. En plus, comme dirait ce triathlète de Sebrom, nager ça s’apprend !
        j’ai pas encore réussi à ma laisser tenter mais il arrête pas de me dire de m’inscrire au club.
        En 1 an il a énormément progressé en faisant des « gammes »
        Et surtout je suis convaincu que ça remplace très avantageusement un footing de récup. Un bon moyen d’ajouter du volume sans en faire 🙂

  5. Vous oubliez un truc. Je suis très frileux ! Et je déteste revenir dans la cabine pour me changer et avoir les pieds mouillés dans ces cabines…et puis les champignons je les préfère dans mon assiette.

  6. Ping : Marathon de New York 2012 : malgré la blessure, je prends le départ… « First Quartile Runners

  7. Ping : Marathon de New York 2012 : Comment l’appréhender après 5 semaines sans avoir couru (post blessure) ? « First Quartile Runners

  8. Ping : SaintéLyon 2012 : pour ma troisième participation, que puis-je espérer? « First Quartile Runners

  9. Ping : Saintélyon 2012 : mon récit « First Quartile Runners

  10. Ping : BILAN DE L’ANNEE 2012 « First Quartile Runners

  11. Sylvain

    Ben je crois que ma douleur à la plante du pied (près du 4e métatarse) est un fracture de fatigue. L’osteo m’a dit que ça pouvait être également cela. Je n’ai pas mal quand je cours, mais le lendemain je peux poser le pied parterre, mais c’est un peu douloureux.
    Combien de repos as-tu pris ? le 10 km d’Annecy est mort il faut que je sois en forme pour la SaintéLyon, sinon retour en 2014 😦

    1. Pas sûr que cela soit cela. Pas de panique. Le mieux à faire : arrêter les féculents et sucreries. Arrêter de courir. Au bout de 6 semaines max c’est complètement terminé. Reprendre quand même la course à pied même si la douleur est encore un peu présente au bout de 4 semaines. Pourquoi arrêter les féculents et sucres? Pas bon pour le corps en général (mais cela passe pour le sportif dont les organes sont très sensibles à l’insuline) et encore moins lorsqu’il a besoin d’un coup de pouce pour « s’auto guérir ».

      1. Sylvain

        Merci Grego pour les conseils, je vais essayer d’attendre un peu 4 semaines et voir si cela va mieux.

  12. emilaille888

    salut tout le monde

    je suis très sportive mais ça faisait un moment que je ne courrais plus… J’ai décidé de m’y remettre pour perdre quelques kilos… Au programme 35km par semaine réparti en 3-4 séances. C’était top bien! je me sentais bien, génial… Ensuite je pars skier une semaine niquel. Je reviens et refais une sortie de course et soudain une douleur sous le pied… qui m’a vite fait boiter… Je prend rdz vs chez mon ostéo, il manipule, ça me soulage mais toujours mal…
    Mon médecin me fait faire une radio + écho. Pas d’aponévrosite plantaire … Apparemment on voit un léger point à la radio au niveau du 3eme métatarsien… Fracture de fatigue suspectée…
    On m’envoie aux urgences pour plâtre…Finalement le médecin me dit « c’est rien, mettez une chaussure de Barouk et dans une semaine vous pourrez remarcher sans douleur… »!
    Chose faite, ça fait 10 jours et j’ai toujours mal! la même douleur qu’au début! vive les médecins! 3 semaines que ça dure et rien a changé!
    facile le repos pour des non sportifs! mais moi c’est déjà un miracle 3 semaines sans rien faire!
    J’ai insisté pour avoir une scintigraphie osseuse : j’ai rdz vs le 7 février
    en attendant repos encore et encore

    C’est dur de ne rien faire!

    suite au prochain épisode

    1. Merci pour ton témoignage. Je comprends que cela soit compliqué et très frustrant surtout lorsque l’on ne sait pas exactement de quoi il retourne. La scintigraphie t’éclairera c’est certain. J’ai juste deux conseils à te donner :
      1/ Etre patient car le temps est finalement le meilleur allié de la guérison et surtout ne pas stresser si la douleur ne se résorbe pas de manière linéaire avec le temps. En effet la guérison se ressent plutôt de manière discontinue. Aucune amélioration pendant des semaines et tout d’un coup une sensible amélioration….puis un retour en arrière de quelques jours … et ensuite une amélioration sensible…jusqu’au jour où on fait le constat que oui ça y est je suis guéri (mais le processus est néanmoins assez long).
      2/ Surtout ne pas arrêter de manière radicale la course à pied. Toujours rester en mouvement pour éviter que le corps ne « cicatrise » sans sollicitation (car il cicatriserait mal). Cela signifie d’essayer de courir même quelques centaines de mètres, juste histoire de. Et puis tu t’apercevras que tu peux courir un tout petit plus la fois suivante.
      Bon courage. Des blessures, on en a tous eues et on s’en sort toujours.

  13. boxberger

    Bonjour à tous les messages datent un peu mais je vous explique un peu mon problème . Je suis athlète de haut niveau du 1500m au 10km route et je cherche qqn qui aurait eu une fissure de fatigue au 3ème metatarsien. Après avoir effectué une grosse charge d entraînement j ai subi un choc en glissant d une marche sur le pied . Le lendemain je pars pour 1h30 de footing et au bout de 20 minutes c est l enfer . Je boite et je suis obligée de stopper l effort car la douleur est insupportable. Le lendemain radio : Ras
    irm : pas de fissure net mais une inflammation autour .
    Scintigraphie : grosse fixation sur le 3ème meta on m affirme que c est une fissure de fatigue même constat au scanner .
    J avais pour objectif les championnats d europe et la douleur est toujours présente . Dans combien de temps pensez vous que je peux reprendre la course sachant que la douleur est apparue le 5 décembre ?

    1. J’ai connu deux fractures. A chaque fois le tarif c’est au minimum : 6 semaines d’arrêt complet. Ensuite c’est OK pour reprendre petit à petit même si la douleur restera toujours un peu présente. Donc en ce qui te concerne ta reprise c’est le 20 janvier pas avant. Bon courage et surtout pas de découragement car tout ce que tu as réussi à emmagasiner en terme d’entraînement le corps l’a enregistré pour toujours. Ta reprise sera très rapide. Après mes mois d’arrêts cette année (2014), j’ai ensuite battu tous mes records sur chacune de mes épreuves en septembre après une reprise de CAP en juin. Garde le moral.

      1. cohen

        Bonjour, le post date un peu mais je tente quand même.
        Voilà presque 3 semaines que je me suis fais une fracture de fatigue, pas d’amélioration de la douleur pour l’instant, je boite ce qui me donne des douleurs a l’autre jambe a partir de la hanche. Je me demandais si pendant votre période de convalescence vous marchiez quand meme un peu ou cetais vraiment du repos complet ? Je suis un peu perdu et inquiète que cela s’éternise. Merci pour votre réponse

  14. @Cohen Oui bien entendu il faut continuer à avoir une pratique régulière d’activité physique. Surtout ne pas laisser « reposer » complètement car les tissus ne se « reformeront pas convenablement ». Sur ce dernier point il semblerait qu’il y ait consensus pour poursuivre l’activité physique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s