Marathon de New York 2011 : épisode 3 de la première saison

Si vous prenez la série en cours de route peut être devriez vous commencer par le début à savoir les objectifs fixés pour courir ce marathon ou attaquer par le premier épisode, puis le second.

Passage vers le Queens (troisième burough)

Après la longue traversée festive de Brooklyn nous arrivons, au niveau du kilomètre 20,  au pied du deuxième pont du parcours (le Pont Pulaski) qui nous permet de quitter le district de Brooklyn pour passer dans le Queens. Ce pont a un petit dénivelé mais je me sens encore parfaitement en jambe. Je passe le premier semi (correspondant grosso modo à l’arrivée dans le Queens) en 1h44 min 41 secondes (soit une allure de 4.58 min/km).

Le public est beaucoup moins nombreux qu’à Brooklyn. Et cela tombe bien car je ressens le besoin de me recentrer, de m’isoler un peu ; les premiers signes de fatigues ? Les jambes répondent toujours très bien mais après la phase d’euphorie et de jeux avec le public j’ai envie d’un peu de calme, ce que m’offre le nouvel itinéraire. Alors que jusqu’à maintenant je frôlais les trottoirs je me place désormais en plein cœur du peloton pour, justement, ne plus recevoir de sollicitations.

Nous restons assez peu de temps dans le Queens car très vite arrive le « gros morceau » qu’aucun coureur du marathon de New York n’oublie : le Queensboro Bridge !

Petit rappel de lecture pour le plan du parcours. Les chiffres dans les carrés sont des miles. En revanche, les chiffres sur fond gris (uniquement tous les 5 kms) sont des Kms.

Le pont de Queensboro ; lieu de passage pour Manhattan

C’est le troisième pont du parcours et celui qui a le plus grand dénivelé avec le pont de Verrazano. On l’attaque au kilomètre 25.

Cette partie du parcours est un grand moment. Pourquoi ?

Certes, il offre une vue à couper le souffle sur Manhattan. Mais c’est surtout à partir de ce moment que la majorité des coureurs commence à ressentir les premières difficultés.

Un autre élément très marquant : il y règne un silence de mort ! Après le brouhaha, les cris, les encouragements entendus durant plus de 20 kilomètres, la traversée du pont du Queensboro se fait dans un silence que d’aucun qualifierait de monacal. Après avoir joué avec le public et m’être totalement tourné vers lui je fais volte face. Sur ce pont j’ai la sensation de faire corps, et ceci pour la première fois, avec le peloton de coureurs, et de partager avec lui les efforts de notre course, de notre marathon. C’est pour moi un très grand moment. Nous commençons tous à ressentir de la souffrance ou tout du moins…beaucoup moins de facilité. Je vais courir ce 25ièm km en 5.33 min/km. Outre les coureurs qui s’arrêtent pour prendre des photos certains se mettent à marcher quelques mètres car les jambes commencent à faire mal.

Après ce moment de silence et de recueillement, la sortie du Queensboro sera d’un contraste saisissant.

Arrivée dans Manhattan (26 ième Km) et sa Première Avenue

Sur les derniers mètres du pont c’est la rencontre avec les premiers supporters. Avant de m’immerger dans le bain de foule quelqu’un me lance un tonitruant et appuyé « Allez Grégory » avec un accent français. Je suis très surpris, me retourne vers cette personne pensant la reconnaître. Je croise son regard, on se sourit, on se marre. Je ne le connais pas mais on s’amuse de ce moment de connivence.

Après le silence de la traversée du Queensboro Bridge, c’est l’explosion ! Au pied du pont une foule immense attend et acclame les coureurs. Une vraie bombe. C’est tonitruant.

Incroyable, j’ai l’impression que l’on vient de me rebrancher sur du 200 volts. Nous nous engageons alors sur la longue ligne droite de la première avenue. Cette partie de la première avenue est roulante car très légèrement en descente jusqu’au 29ième Km. Le côté gauche de l’avenue est bondé. Le public est différent cependant, ce sont des supporters qui sont venus acclamer des coureurs alors que sur Brooklyn ou le Queens nous étions encouragés par des habitants du quartier.

Et c’est reparti avec le public pour près de 3 kilomètres. Je ressens encore une grande émotion. C’est poignant : la gorge me sert. Il faut se reprendre, se concentrer. Rendre au public ce qu’il nous donne nécessite cette fois un peu plus d’effort. Mais quel bonheur !

Néanmoins, l’allure s’en ressent, dans ma tête j’ai mis les gaz mais à ma montre Polar je cours aux alentours de 5.20 Min/km, ce qui est correct mais pas vraiment en phase avec ce sentiment d’euphorie. Pour mémoire sur les 10 premiers km à Brooklyn ce même sentiment me poussait à courir à 4.50 min/km.

Oui il se passe quelque chose, qui ronge…

Entrée dans le Bronx au 32ième Km (cinquième et dernier Burough traversé par le marathon). Encore un nouvel obstacle ; le pont dit « Willis Avenue Bridge ». Ce dernier nous permet de faire une incursion dans le Bronx. Il est très court mais très pentu. De l’autre côté du pont un quartier un peu moins animé. En fait, je commence à ressentir  quelques douleurs aux jambes. Le poids de mon corps se fait un peu plus lourd. Ma foulée perd très clairement en élasticité. Mon allure s’effondre à 5.54 min/km au 33ième km lors du franchissement du dernier pont qui nous ramène à Manhattan.

Retour à Manhattan ou la lente agonie de la montée de la Cinquième Avenue (km 35)

Nous quittons le Bronx par le pont dont je ne garde en mémoire aucun souvenir. Nous voici à Harlem où règne une excellente ambiance, sauf que je ne suis plus dans le coup. Je reste au milieu du peloton pour ne plus être sollicité j’ai besoin de me recentrer…sur mes douleurs. Mes jambes commencent à me faire très mal. Du quartier d’Harlem je ne garde aucune trace non plus en mémoire si ce n’est le contournement d’une place à l’ombre. Car remonter la cinquième Avenue vous expose aux rayons du soleil que l’on reçoit en pleine figure car les rayons de ce mois de novembre sont rasants. C’est terrible je regarde le défilé des numéros de rue 110ième rue, 109ième rue…100ième rue seulement. Je sais que l’entrée dans Central Park ne se fait pas avant la 75ième ! J’ai les paupières mi-closes, je souffre comme un damné, je suis aveuglé par la lumière. Aux ravitaillements, des coureurs s’arrêtent pour marcher et nous obstruent le passage. Le sol est jonché de gobelets en plastique. Au 36ieme km, mauvaise nouvelle : la Cinquième Avenue et bien… elle monte. Elle monte même lentement pour bien nous achever ! Mes jambes me hurlent d’arrêter et de poser le pied à terre. Je perçois au loin le flot, la masse compacte des coureurs tel un troupeau de bétail. Mais où est-elle cette entrée dans Central Park ?

Le public est dense lui aussi. Il règne un vacarme infernal cette fois car je souffre. Dans ces hué…tiens, une lueur ! J’entends de la part du public un « Gregory Go » venant d’une résidente de l’Upper East Side à n’en pas douter. Elle est vêtue d’un manteau et porte autour du cou un foulard Hermès semble-t-il. Je me remets en selle, je me donne un coup de cravache. Bon sang, c’est le marathon de New York ! Mon allure passe de 5.52 à 5.32min / km au 37ième kilomètre, là où cela monte bien. Ce sera un petit – et très court –  retour en grâce.

A suivre au prochain épisode

Coupure de pub prise à Times Square la veille du marathon

13 réflexions sur “Marathon de New York 2011 : épisode 3 de la première saison

    1. C’est peut être celle qu’on aurait dû aller voir en lieu et place de Chicago (également sur la photo) le lendemain de la course. Je me suis bien ennuyé.

  1. Ping : Marathon de New York 2011 : épisode 4 de la première saison. Le dénouement enfin ! « First Quartile Runners

  2. Ping : Runnosphere.org - La Runnosphère part, court le monde : Destination New York

  3. Ping : Marathon de New York 2013 : le récit (part 2) | Grégo On The Run

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s